Travailleur handicapé : comment être aidé sur son lieu de travail en cas de besoin ?

Vous êtes une personne handicapée salariée, mais vous ne savez pas comment vous faire aider sur votre lieu de travail ? Il est temps pour vous de faire une demande de reconnaissance administrative de votre handicap. En effet, cette certification peut vous être utile dans votre insertion professionnelle.

Se faire connaître comme travailleur handicapé

Pour défendre les droits des travailleurs handicapés, il est primordial de présenter une reconnaissance de statut auprès de son employeur. Effectivement, ce document est important pour pouvoir accompagner une personne à mobilité réduite en cas de besoin. Ce dernier présente des avantages sur son parcours d’orientation et professionnel. Cependant, pour avoir un statut de travailleur handicapé, il faut exploiter la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ou RQTH. Cette dernière est accordée par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées ou CDAPH. Son attribution demande certaines démarches particulières en traitant des dossiers auprès de la MDPH ou Maisons départementales des personnes handicapées. La dotation se fait à partir de son invalidité qui peut durer durant 5 ans ou d’une manière permanente. Ainsi, la demande de RQTH est l’assurance de se faire reconnaître publiquement par la CDAPH sa compétence au travail.

Les avantages liés à la reconnaissance de travailleur handicapé

Être reconnu travailleur handicapé permet de profiter de nombreux avantages. Tout d’abord, cela donne la possibilité d’accéder en toute simplicité à l’emploi. Ce salarié bénéficiera aussi d’une meilleure préservation dans l’emploi. Par exemple, s’il tombe malade au sein de l’entreprise, il peut recourir au service du médecin de travail. Il sera aussi soutenu par le réseau de placement spécialisé Cap emploi. Ce dernier jouira d’un appui spécifique via les services de maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés. Il aura également accès aux concours d’entrée dans la fonction publique. En cas de licenciement, l’embaucheur est obligé de redoubler sa durée de préavis légal.

Les aides et formations possibles

Il est aussi noté dans les droits des travailleurs handicapés que l’employé peut bénéficier des aides pour compenser son incapacité. Pour cela, la MDPH offre une prestation de compensation du handicap ou PCH. Cet organisme lui accompagnera également durant son initiation à la vie autonome ou sa subvention adulte handicapée. Celui-ci a aussi droit à une allocation d’éducation de l’enfant handicapé ou AEEH. En outre, son embaucheur a l’obligation de lui accorder une prime de reclassement suivant son aptitude. Il est à préciser que le salarié disposant de la RQTH peut suivre des formations de droit commun. Tout cela s’effectue dans son milieu personnel suivant des modalités de bases. Ainsi, il est libre de faire une formation de recyclages professionnels complémentaires ou un stage de pré-orientation.

Contrôle des arrêts de travail : faire appel à une société spécialisée
Contacter un avocat spécialiste du droit du travail pour rupture conventionnelle à Paris